ET MAINTENANT

BECAUD

APRENDE A CANTAR ET MAINTENANT EN FRANCES Y EN ESPAÑOL

PINCHA EN CADA IMAGEN PARA OIR LA ESTROFA CORRESPONDIENTE

 

FRANCES

Et maintenant

                       Que vais je faire
                                     De tout ce temps
                                               Que sera ma vie

                         De tous ces gens                                             
                               Qui m'indiffèrent
                                               maintenant
                                                      Que tu es partie

                          Toutes ces nuits
                                                     Pourquoi pour qui
                                                                                           Et ce matin
                                                                                                                                         Qui revient pour rien

Ce coeur qui bat
          Pour qui pour quoi
                  Qui bat trop fort
                                           Trop fort
                                       

Et maintenant  
                   Que vais je faire
                                    Vers quel néant
                                                      Glissera ma vie

                       Tu m'as laissé
                                                                               La terre entière
                                                                                                Oui mais la terre
                                                                                                                        Sans toi c'est petit

Vous mes amis
               Soyez gentils
                     Vous savez bien
                               Que l'on y peut rien
        

                                                                                           

Même Paris
                       Crève d'ennui
      
                                        Toutes ces rues
                                                                               Mais tuent
.......

Et maintenant
                                              Que vais je faire
                                                                        Je vais en rire
                          
                                                                                  Pour ne plus pleurer

 

Je vais bruler
           Des nuits entières
                                Au matin
                                                Je te hairai

                                                                  Et puis un soir
                                                          Dans mon miroir
                                                                           Je verrai bien
                                                                                                       La fin du chemin

Pas une fleur
                                     Et pas de pleurs
                                                                   Au moment de
                                                                                            L'adieu

Je n'ai vraiment
                Plus rien à faire
                                Je n'ai vraiment
                                                      Plus rien

ESPAÑOL

¿Por qué te vas, por qué te alejas?,
             fue sin querer que tu orgullo herí.
                        ¿Qué voy a hacer si tú me dejas?
                                                                   Sin tu amor qué será de mí

       Ya un sol no habrá como el de ayer,
                                                  ni un cielo azul ni un atardecer.
                                                                                          Ya no he de ver, si tú te vas,
                          
 amanecer jamás.

¿Qué voy a hacer si todo ha muerto,
                    si para mí ya no hay bien ni mal?
                                  El mundo está sin ti desierto.
                                                 Sin tu amor, todo me da igual.


                                                                   Ni el más allá me importa ya.
                                                                                Tú eres el fin y la eternidad.
                                                                                                  Todo se irá para los dos
                                                                                                                           y quedará tu adiós.


         
  ¿Qué voy a hacer

                                             si tú me dejas?
                                                                         ¿Qué voy a hacer

                                                                                                                                         sin ti?

¿Y ahora?

Ahora ya nada. La nada. «¿Vers quel néant glissera ma vie?» (Hacia qué nada se deslizará mi vida), dice uno de los versos de Et maintenant. Gilbert Bécaud ha muerto. Casi nadie sabe que ha muerto François Silly, el verdadero nombre del artista. Pero hoy casi todo el mundo sabe que ha muerto Gilbert Bécaud.

Puede que no todo el mundo supiera quién era Gilbert Bécaud. Pero todo el mundo en todo el mundo había escuchado en su voz Et maintenant, la más bella canción de amor, junto a Ne me quitte pas, que se haya escrito nunca. No es casualidad que ambas hablen de un amor perdido (las canciones más hermosas son siempre las más tristes). Y no es casualidad que ambas hayan sido escritas en francés, el idioma del amor, del «amour», sobre todo del amor desdichado. Et maintenant fue compuesta en 1961, ha conocido más de 150 versiones y su adaptación al inglés, con el título de What now my love, contribuyó a su inmensa popularidad y éxito.

Gilbert Bécaud, nacido en Toulon en 1927, y Charles Aznavour, nacido en París en 1923 y todavía vivo, han sido los más grandes representantes de la música francesa en los últimos 50 años. Por encima de las convulsiones del rock y sus estilos heredados, han representado el alma eterna de la canción francesa, un género inamovible hecho de la tradición de los chansonniers de toda la vida y de los géneros musicales modernos y contemporáneos que no osaban tocar la esencia literaria de «la musique et les paroles» sagradas. Bécaud y Aznavour debutaron a la vez en 1952-1953 escribiendo juntos canciones como C´est merveilleux l'amour y Je veux te dire adieu. Ambos conocieron a Edith Piaf y fueron ayudados por ella, que se ganó por parte de uno y otro una mezcla de odio y veneración...

Bécaud era un chico de provincias que el pasado 1 de noviembre cumplió 74 años. Quizás nunca dejó de ser un niño desprovisto de recuerdos, aunque ya a los 15 años se portara como un hombre ejerciendo de enlace con la Resistencia durante la ocupación alemana. Estudió en el Conservatorio de Niza (ciudad en cuyo casino era crupier su padre) y desde allí, desde el Sur, con toda la prisa y la ilusión del mundo, marchó a París, el centro, la cima-sima del mundo para cualquier artista de cualquier género, la madre de todo artista francés. Y allí, la lucha, las visitas a los editores, la persecución de los cantantes, en los que ve a seres caprichosos como muñecos y como dioses.

En 1948 coloca a Marie Bizet sus primeras canciones. Luego a Edith Piaf, con cuyo primer marido, Jacques Pills, compone Je t'ai dans la peau, quizás su gran éxito primerizo, seguido por Les croix y Mes mains, con letra de Louis Amade. Pero el gran letrista de Bécaud, más aún que Amade o que Vidalin, o complementando a los dos, sería Pierre Delanoë, que escribiría los textos de Et maintenant, Nathalie, Dimanche Orly, La solitude n'existe pas y, entre decenas de otras canciones, Je t'appartiens, convertida en número uno mundial en las voces de The Everly Brothers, Frank Sinatra y otros con el título Let it be me.

Bécaud no era un poeta («Yo no escribo, pero siempre llego con una idea»), lo que no le impidió firmar en solitario más de una bellísima canción, como, por ejemplo, L'orange. Su vida está ligada en gran medida al teatro Olympia, el gran cenáculo, el divino escenario de la música francesa, que actuó por primera vez en 1953, un año después de que François Silly se convirtiera en Gilbért Bécaud y adoptara las corbatas de lunares, uno de sus signos personales y artísticos por excelencia, junto a su traje azul eléctrico y su espeso cabello ondulado.

El Olympia fue su sala fetiche, cuyas tablas pisó en una treintena de ocasiones. Hace tres años actuó en su reapertura y era imposible adivinar en aquel hombre mayor pero de vitalidad inextinguible los estragos de la quimioterapia, tratamiento de un cáncer de mandíbula del que acabó curándose, aunque otro cáncer (¿el mismo diversificado?) haya acabado finalmente con su vida.

Ni siquiera él, Silly-Bécaud, podía saber cuántos países había visitado y cuántas giras emprendido. En todos ellos, en todas ellas había mostrado al piano esa fuerza, ese apasionamiento autoral-actoral que le había hecho ganarse el apodo de «Monsieur 100.000 volts» (Señor 100.000 voltios).

Era, efectivamente, un ciclón en la escena, golpeando el piano en una aleación sonora de dulzura y violencia, de una forma repleta de acordes disonantes que recordaban al free jazz («Toco así, pero no sé por qué). Estaba especialmente orgulloso de su obra L'Opéra d'Aran (1962), que recibió tibias críticas pero que, cuarenta años después, es una pieza clásica que se representa habitualmente. Hablaba poco de sus dos esposas y sus seis hijos, quizás por pudor, quizás por un cierto egocentrismo de estrella celosa de su importancia.

«Pas une fleur et pas de pleurs au moment de l'adieu». «Ni una flor ni llantos a la hora del adiós», decía otro de los versos de Et maintenant. Se refería al adiós de un amor, pero puede valer para el adiós de una vida. Ni flores ni lágrimas para Bécaud. Sólo admiración eterna. Gilbert Bécaud, cantautor, nació en Toulon el 1 de noviembre de 1927 y falleció en París el 18 de diciembre de 2001.

OTRAS CANCIONES DE GILBERT BECAUD

AU REVOIR

Adieu l'ami
Faut se quitter
Car tout s'arrête
Avec l'été
L'AMI
Les feuilles sont tombées
Sur les routes gelées
L'AMI
Quand on courait
Sur les chemins
Pavés de fête
Mouillés de vin
L'AMI
Nos chansons nous disaient
Que cela durerait la vie
L'AMI

{
Refrain:}
Au revoir, au revoir
Qui sait jamais
Tout peut recommencer
Au revoir, au revoir
Il faut croire en l'été
L'AMI

L'harmonica chante sans nous
Il chante encore
Nos quat'cents coups
L'AMI
Si un jour il se tait
C'est qu'on aura changé
L'AMI

{au Refrain}

 

JE PARTIRAI

Il faudra bien que ça arrive : je partirai.
Il faudra bien que ça arrive : je partirai.
Tu pleureras, j'en pleurerai.
Tu haïras, je te plaindrai.
Mal installé entre deux rives, je partirai, oui.

Faudra pas que tu t'en étonnes, je partirai.
Je ne veux déranger personne : je partirai.
Tu sais, parfois il faut casser,
Casser des curs et des idées.
Les numéros de téléphone, faut les changer, oui.

Il faut changer d'air les valises : je partirai.
Il faut changer donc notre église, je partirai.
Les biscottes et le train-train,
Le thé au citron du matin,
Les robinets se gargarisent, je partirai, oui.

{
Refrain:}
Mes chimères
Mes chimères
Sont au fond de mon désert
Prisonnières
Prisonnières
Des bouteilles à la mer.

Couloir des hautes surveillances, je partirai
Vers les couloirs de mon enfance ou je courais.
Un mot de plus, un mot de moins,
Una bonnet d'âne et puis au coin.
C'était le début des offenses, je partirai, oui.

Je n'écris plus en lettres rondes : je partirai.
Fini les chambres en rotonde : je partirai.
Fini l'amour à la grimace,
Le consommé en demi-tasse.
Moi, il me faut des tours du monde, je partirai, oui.

{Refrain}

 

JE REVIENS TE CHERCHER

Je reviens te chercher
Je savais que tu m'attendais
Je savais que l'on ne pourrait
Se passer l'un de l'autre longtemps
Je reviens te chercher
Ben tu vois, j'ai pas trop changé
Et je vois que de ton côté
Tu as bien traversé le temps

{
Refrain:}
Tous les deux on s'est fait la guerre
Tous les deux on s'est pillés, volés, ruinés
Qui a gagné, qui a perdu,
On n'en sait rien, on ne sait plus
On se retrouve les mains nues
Mais après la guerre,
Il nous reste à faire
La paix.

Je reviens te chercher
Tremblant comme un jeune marié
Mais plus riche qu'aux jours passés
De tendresse et de larmes et de temps
Je reviens te chercher
J'ai l'air bête sur ce palier
Aide-moi et viens m'embrasser
Un taxi est en bas qui attend

{au Refrain}

 

JE T´AIME

Ferme la porte et assieds-toi.
Ce soir, je n'me dégonfle pas.
Ecoute ça, je t'aime !
Petite sur, tu croyais bien
Que je t'aimais comme un copain.
C'était pas ça, non, je t'aime !
Tu vois, j'ai mis des fleurs partout.
C'est notre premier rendez-vous
Et tu viendras, dis, je t'aime.

Quand on dit ça à un fauteuil,
Dans une chambre où l'on est seul,
C'est effrayant comme on est seul.

Dis-moi bonjour, embrasse-moi,
Mais ne m'embrasse pas comm' ça.
C'est plus pareil, dis, je t'aime !
On est ensemble et on est là,
On n'ira pas au cinéma.
On restera, oh je t'aime !

Quand on dit ça à un fauteuil,
Dans une chambre où l'on est seul,
C'est effrayant comme on est seul !

Sainte Marie, priez pour moi,
Car si elle ne venait pas,
J'en crèverais, Sainte Marie, je l'aime !
Quand on dit ça à un fauteuil,
Dans une chambre où l'on est seul,
Sainte Marie, comme on est seul !

LA SOLITUDE ÇA N´EXISTE PAS

La solitude ça n'existe pas
La solitude ça n'existe pas
La solitude ça n'existe pas
La solitude ça n'existe pas

Chez moi il n'y a plus que moi
Et pourtant ça ne me fait pas peur
La radio, la télé sont là
Pour me donner le temps et l'heure
J'ai ma chaise au Café du Nord
J'ai mes compagnons de flipper
Et quand il fait trop froid dehors
Je vais chez les petites surs des curs

La solitude ça n'existe pas
La solitude ça n'existe pas

Peut-être encore pour quelques loups
Quelques malheureux sangliers
Quelques baladins, quelques fous
Quelques poètes démodés
Il y a toujours quelqu'un pour quelqu'un
Il y a toujours une société
Non, ce n'est pas fait pour les chiens
Le Club Méditerranée

La solitude ça n'existe pas
La solitude ça n'existe pas

Tu te trompes, petite fille
Si tu me crois désespéré
Ma nature a horreur du vide
L'univers t'a remplacée
Si je veux, je peux m'en aller
A Hawaii, à Woodstock ou ailleurs
Et y retrouver des milliers
Qui chantent pour avoir moins peur

La solitude ça n'existe pas
La solitude ça n'existe pas
La solitude ça n'existe pas
La solitude ça n'existe pas

 

LE JOUR OU LA PLUIE VIENDRA

Le jour où la pluie viendra
Nous serons, toi et moi
Les plus riches du monde
Les plus riches du monde
Les arbres, pleurant de joie
Offriront dans leurs bras
Les plus beaux fruits du monde
Les plus beaux fruits du monde
Ce jour-là

La triste, triste terre rouge
Qui craque, craque à l'infini
Les branches nues que rien ne bouge
Se gorgeront de pluie, de pluie
Et le blé roulera par vagues
Au fond de greniers endormis
Et je t'enroulerai de bagues
Et de colliers jolis, jolis

Le jour où la pluie viendra
Nous serons, toi et moi
Les fiancés du monde
Les plus riches du monde
Les arbres, pleurant de joie
Offriront dans leurs bras
Les plus beaux fruits du monde
Les plus beaux fruits du monde
Ce jour-là...

 

LE PETIT OISEAU DE TOUTES LES COULEURS

Ce matin je sors de chez moi
Il m'attendait, il était là
Il sautillait sur le trottoir
Mon Dieu, qu'il était drôle à voir
Le p'tit oiseau de toutes les couleurs
Le p'tit oiseau de toutes les couleurs

Ça f'sait longtemps que j'n'avais pas vu
Un petit oiseau dans ma rue
Je ne sais pas ce qui m'a pris
Il faisait beau, je l'ai suivi
Le p'tit oiseau de toutes les couleurs
Le p'tit oiseau de toutes les couleurs

Où tu m'emmènes, dis
Où tu m'entraînes, dis
Va pas si vite, dis
Attends-moi!
Comm' t'es pressé, dis
T'as rendez-vous, dis
Là où tu vas, dis
J'vais avec toi

On passe devant chez Loucho
Qui me fait Hé! qui me fait Ho!
Je ne me suis pas arrêté
Pardon, l'ami, je cours après
Un p'tit oiseau de toutes les couleurs
Un p'tit oiseau de toutes les couleurs

Sur l'avenue, je l'ai plus vu
J'ai cru que je l'avais perdu
Mais je l'ai entendu siffler
Et c'était lui qui me cherchait
Le p'tit oiseau de toutes les couleurs
Le p'tit oiseau de toutes les couleurs

Où tu m'emmènes, dis
Où tu m'entraînes, dis
Va pas si vite, dis
Attends-moi!
Comm' t'es pressé, dis
T'as rendez-vous, dis
Là où tu vas, dis
J'vais avec toi

On est arrivé sur le port
Il chantait de plus en plus fort
S'est retourné, m'a regardé
Au bout d'la mer s'est envolé

J'peux pas voler, dis
J'peux pas nager, dis
J'suis prisonnier, dis
M'en veux pas
Et bon voyage, dis
Reviens-moi vite, dis
Le p'tit oiseau de toutes les couleurs

Bon voyage!
Reviens vite, dis!
Bon voyage!

 

L'IMPORTANT C´EST LA ROSE

Toi qui marches dans le vent
Seul dans la trop grande ville
Avec le cafard tranquille du passant
Toi qu'elle a laissé tomber
Pour courir vers d'autres lunes
Pour courir d'autres fortunes
L'important...

L'important c'est la rose
L'important c'est la rose
L'important c'est la rose
Crois-moi

Toi qui cherches quelque argent
Pour te boucler la semaine
Dans la ville tu promènes ton ballant
Cascadeur, soleil couchant
Tu passes devant les banques
Si tu n'es que saltimbanque
L'important...

L'important c'est la rose
L'important c'est la rose
L'important c'est la rose
Crois-moi

Toi, petit, que tes parents
Ont laissé seul sur la terre
Petit oiseau sans lumière, sans printemps
Dans ta veste de drap blanc
Il fait froid comme en Bohème
T'as le cur comme en carême
Et pourtant...

L'important c'est la rose
L'important c'est la rose
L'important c'est la rose
Crois-moi

Toi pour qui, donnant-donnant
J'ai chanté ces quelques lignes
Comme pour te faire un signe en passant
Dis à ton tour maintenant
Que la vie n'a d'importance
Que par une fleur qui danse
Sur le temps...

L'important c'est la rose
L'important c'est la rose
L'important c'est la rose
Crois-moi

 

L'INDIEN

Le premier grand chef de ma tribu
S'appelait - aigle noir -
Guerre après guerre, les blancs se sont installés
Et ont changé jusqu'aux noms des hommes
C'est ainsi que dans notre petit village
Nous avons eu George Washington, aigle noir
Franklin Delano Roosevelt, aigle noir
John Fitzgerald Kennedy, aigle noir
Mais moi je m'appelle aigle noir
Et mon fils s'appellera aigle noir
Notre petit village s'appelait Yucatapa
Yucatapa, l'île verte
Ils en ont fait New York
Mais moi j'habite à Yucatapa
En plein milieu de leur New York

Indiens mes frères
Indiens mes frères
Ils ont souillé
Nos femmes et nos rivières
Nos femmes et nos rivières
Ils ont noyé nos terres
Ils ont noyé nos terres
Ils ont brûlé nos Dieux
Indiens mes frères
Indiens mes frères
Ils ont gagné

Et moi, ils ne m'ont pas attaché
Avec leur chaîne d'or et leur chaîne d'acier
Et quelquefois je rêve
Je rêve que je vole au-dessus de la ville pourrie
Et je revois Yucatapa l'île verte
Et de cette île verte
Montent des fumées
Alors je redescends tousser avec les autres
Et je marche
Je marche dans Broadway
Qui serpente comme un sentier de guerre
Dessous chaque pavé, il y a une hache de guerre
Qui attend
Et quelquefois je sens un arc dans mes mains
Et je vise le haut d'un building
Monsieur Rockfeller, ma flèche
Et monsieur Rockfeller tombe du haut de son empire
Ma flèche dans son il
L'il crevé de monsieur Rockfeller
Qui tombe et retombe

Indiens mes frères
Indiens mes frères
Ils ont souillé
Nos femmes et nos rivières
Nos femmes et nos rivières
Ils ont brûlé nos terres
Ils ont brûlé nos terres
Ils ont brûlé nos Dieux
Indiens mes frères
Indiens mes frères
Ils ont gagné

Et voilà, je suis au milieu de la prairie
De mon grand-père
La prairie de mon grand-père
Qu'ils ont appelée - Time Square -
Et qui est grasse de pétrole et de rouge à lèvres
Là où courraient les chevaux
Personne ne me regarde
Personne ne me voit
Je suis indien, je n'existe pas
On ne respecte pas un indien sans ses plumes
Et pourtant, ils sont chez nous mes frères
Ils sont chez moi mes frères
A Yucatapa, à Yucatapa

Indiens mes frères
Indiens mes frères ils ont souillé
Indiens mes frères
Indiens mes frères ils ont gagné

 

L'ORANGE

{Churs :}
Tu as volé as volé as volé l'orange du marchand

{G.B. :}
Vous êtes fous, c'est pas moi, je n'ai pas volé l'orange
J'ai trop peur des voleurs, j'ai pas pris l'orange du marchand

{Churs :}
Oui, ça ne peut être que toi
Tu es méchant et laid
Y avait comme du sang sur tes doigts
Quand l'orange coulait
Oui c'est bien toi qui l'as volée
Avec tes mains crochues
Oui c'est bien toi qui l'as volée
Y a quelqu'un qui t'a vu

{G.B. :}
Vous vous trompez
Je courais dans la montagne
Regardant tout le temps
Les étoiles dans les yeux
Vous vous trompez
Je cherchais dans la montagne
L'oiseau bleu

{Churs :}
Tu as volé as volé as volé as volé as volé as volé l'orange
Tu as volé as volé as volé l'orange du marchand
Y avait longtemps qu'on te guettait
Avec tes dents de loup
Y avait longtemps qu'on te guettait
T'auras la corde au cou
Pour toi ce jour c'est le dernier
Tu n'es qu'un sale voleur
D'abord tu n'es qu'un étranger
Et tu portes malheur

{G.B. :}
Vous vous trompez
Je courais dans la montagne
Regardant tout le temps
Les étoiles dans les yeux
Vous vous trompez
Je cherchais dans la montagne
L'oiseau bleu.
J'ai pas volé pas volé pas volé pas volé pas volé pas volé l'orange
J'ai pas volé pas volé pas volé l'orange du marchand

{Churs :}
Tu as volé as volé as volé as volé as volé as volé l'orange
Tu as peur. Jamais plus tu ne voleras l'orange

{G.B. :}
J'ai pas volé pas volé pas volé l'orange du marchand

{Churs :}
Tu as volé as volé as volé l'orange du marchand
Tu la vois elle est là
La corde qui te pendra
La corde qui te pendra.

 

MARIE, QUAND TU T´EN VAS

Marie quand tu t' en vas
Tous mes soleils se cachent
Et mon ciel s' obscurcit
Les ombres font des taches
Sur les murs de mes nuits
Marie quand tu t' en vas
Les cours d' eaux se tarissent
L' oiseau quitte son nid
Les bourgeons dépérissent
Avant d' avoir fleuri
Marie, Marie quand tu t' en vas

Marie quand tu t' en vas
Tout vieillit en mon être
Et je meurs mille vies
Derrière ma fenêtre
À te voir avec lui

Marie quand tu t' en vas
Dans la longue voiture
Blanche décapotée
Pour vivre l' aventure
En me laissant crever
Marie, Marie quand tu t' en vas

Marie quand tu reviens
Avec ton maquillage
Qui coule par endroit
Des plis à ton corsage
Jambes nues sans tes bas

Marie quand tu reviens
Insouciante et sans honte
Je fais celui qui croit
Tout ce que tu racontes
J' ai trop peur qu' une fois
Marie, Marie
Tu ne reviennes pas
Marie quand tu t' en vas

NATHALIE

La place Rouge était vide
Devant moi marchait Nathalie
Il avait un joli nom, mon guide
Nathalie

La place Rouge était blanche
La neige faisait un tapis
Et je suivais par ce froid dimanche
Nathalie

Elle parlait en phrases sobres
De la révolution d'octobre
Je pensais déjà
Qu'après le tombeau de Lénine
On irait au cafe Pouchkine
Boire un chocolat

La place Rouge était vide
J'ai pris son bras, elle a souri
Il avait des cheveux blonds, mon guide
Nathalie, Nathalie...

Dans sa chambre à l'université
Une bande d'étudiants
L'attendait impatiemment
On a ri, on à beaucoup parlé
Ils voulaient tout savoir
Nathalie traduisait

Moscou, les plaines d'Ukraine
Et les Champs-Élysées
On à tout melangé
Et l'on à chanté

Et puis ils ont débouché
En riant à l'avance
Du champagne de France
Et l'on à dansé

Et quand la chambre fut vide
Tous les amis etaient partis
Je suis resté seul avec mon guide
Nathalie

Plus question de phrases sobres
Ni de révolution d'octobre
On n'en était plus là
Fini le tombeau de Lenine
Le chocolat de chez Pouchkine
C'est, c'était loin déjà

Que ma vie me semble vide
Mais je sais qu'un jour à Paris
C'est moi qui lui servirai de guide
Nathalie, Nathalie

 

QUAND IL EST MORT LE POETE

Quand il est mort, le poète,
Quand il est mort, le poète,
Tous ses amis,
Tous ses amis,
Tous ses amis pleuraient.

Quand il est mort le poète,
Quand il est mort le poète,
Le monde entier,
Le monde entier,
Le monde entier pleurait.

On enterra son étoile,
On enterra son étoile,
Dans un grand champ,
Dans un grand champ,
Dans un grand champ de blé.

Et c'est pour ça que l'on trouve,
Et c'est pour ça que l'on trouve,
Dans ce grand champ,
Dans ce grand champ,
Dans ce grand champ, des bleuets.

ON PREND TOUJOUR UN TRAIN POUR QUELQUE PART

Une gare au petit matin,
Deux amours se tiennent la main.
Ils sont tristes ou ils sont heureux.
On n'en sait rien, mais ils sont deux.
La vie c'est ça, tu le sais bien :
Un train s'en va, un autre vient.

On prend toujours un train pour quelque part,
Un grand train bleu, un grand train blanc, un grand train noir.
On prend toujours un train pour quelque part.
Au bout du quai flottent des mains et des mouchoirs.

Toi et moi, nous irons très loin.
On s'aimera tant et si bien
Que le monde entier n'en saura
Ni le comment ni le pourquoi.
Un jour, les derniers jours viendront.
Nous prendrons le dernier wagon.

On prend toujours un train pour quelque part,
Un grand train bleu, un grand train blanc, un grand train noir.
On prend toujours un train pour quelque part.
Au bout du quai flottent des mains, des au revoir.

 

QUAND L´AMOUR EST MORT

Quand l'amour est mort, on ne voit plus rien
On maudit le sort qui nous fait survivre
On a peur de vivre, quand l'amour est mort
Quand l'amour est mort, on n'a plus besoin
Des joyeux louis d'or qu'on voyait en rêve
On n'a plus de rêves puisque tout est mort
Quand l'amour est mort. Dou, dou... dou...

Quand l'amour est mort, une femme va
Oubliant ses torts, oubliant ses fautes
Elle va vers l'autre changer de décor
Quand l'amour est mort, un homme va
Sur le quai d'un port, le cur sans bagages
Rêvant de naufrages dans l'eau bleue qui dort
Dans l'eau bleu qui dort

Mon amour est mort, mais toutes les nuits
Je l'entends encore qui joue les fantômes
Son ancien royaume, c'est mon cur qui dort
Mon amour est mort, mais il renaîtra
Plus riche et plus fort car je veux survivre
Car il faut revivre un amour encor'
Quand l'amour est mort

 

SALUT LES COPAINS

Salut les copains
Voyez j'ai mauvaise mine
Les rues de Pantin
Manquent de mandoline

Je pars en voyage
Avec pour bagage
Dans ma petite musette
Cinq ou six chaussettes

Deux ou trois chemises
Ma plus belle mise
Moi je pars pour l'Italie

Vous me voyez sur des gondoles
Emporté au fil des canaux
De tarentelle en barcarolle
Dansant l'soir au bord du Lido

Marchant sur le pavé de Rome
Comme un Anglais aux Champs-Elysées
Là-bas je serai un autre homme
Là-bas je serai l'étranger
Qui viendra visiter
L'île de Capri et puis la tour de Pise
Naples et Pompéi et cent vingt mille églises

Des palais antiques
Et l'Adriatique
Après tout qu'importe
Il faut que je m'emporte
Dans ma petite musette
Cinq ou six chaussettes
Moi je pars pour l'Italie

Je vous aime bien
Mais comprenez quand même
Le ciel de Pantin
Est pauvre en oxygène

Je pars en voyage
Avec pour bagage
Dans ma petite musette
Cinq ou six chaussettes

Deux ou trois chemises
Ma plus belle mise
Moi je pars pour l'Italie

Salut les copains
N'ayez pas de rancune
L'Italie c'est loin
Mais ce n'est pas la lune

Maintenant c'est l'heure
Y n'faut pas qu'on pleure
Je m'en vais c'est sage
Faire mes bagages
Deux ou trois chemises
Ma plus belle mise
Moi je pars pour l'Italie

Salut les copains
J'ai toujours bonne mine
J'ai raté mon train
Adieu les mandolines
J'partais en voyage
Avec pour bagage
Dans ma petite musette
Cinq à six chaussettes
Deux ou trois chemises
Ma plus belle mise
Je partais pour l'Italie.

 

SEUL SUR SON ETOILE

Quand on est seul sur son étoile
Et qu'on regarde passer les trains
Quand on trinque avec des minables
Qu'on dort avec des "moins que rien"
Quand on ré-écrit à sa mère
Et qu'on pense aux économies
Quand on invente des prières
Pour des Bon Dieu de comédie

C'est qu'on a besoin
De quelqu'un, de quelque chose
Ou d'un ailleurs
Que l'on n'a pas, que l'on n'a pas
C'est qu'on a besoin
De quelqu'un, ou d'un amour
Ou bien d'un copain
Que l'on attend depuis longtemps

Quand on est seul sur son étoile
On ne voit pas le temps courir
On est au chaud et l'on s'installe
Comme un cheval qui va mourir
Quand on raconte son enfance
A des gens qui n'écoutent pas
Quand tu te fais beau, c'est dimanche
Et qu'après tout tu ne sors pas

C'est que tu as besoin
De quelqu'un, de quelque chose
D'un quelque part
Que tu n'as pas, que tu n'as pas
C'est que tu as besoin
De quelqu'un, ou d'un amour
Ou bien d'un copain
Que tu attends depuis longtemps

Quand on est seul sur son étoile
Y a des fois des coups du Bon Dieu
Et l'on est deux sur son étoile
C'est idiot, mais on est heureux

On n'a plus besoin de quelqu'un
De quelque chose, ou d'un ailleurs
On s'en fout bien! On s'en fout bien!

 

T'ES VENU DE LOIN

T'es venu de loin, t'es venu de loin,
T'es venu de très, très loin.

Oh, si un jour tu reviens, viens, viens,
Toi, Jésus le moribond,
C'est sûrement dans notre maison
Qu'on te soignera bien bien bien.
Quand tu reviendras, mes deux garçons
Seront là là là là là.
Ils te poseront trente mille questions
Auxquelles tu répondras :

T'es venu de loin ?
- Très loin.
Tu as mis longtemps ?
- Longtemps.
Pourquoi t'es pâle ?
- Je ne sais pas.
As-tu des enfants ?
- Oui, beaucoup.
Est-ce que tu as faim ?
- Un peu.
Tu sais dessiner ?
- Pas très.
Fais-moi un dessin !
- Voilà !
Dis, c'est beau chez toi ?
- Très beau.
T'es venu comment ?
- A pied.
T'as une maman ?
- Mais oui !
Dis, quel est son nom ?
- Marie.
Qu'est-ce que t'as aux mains.
- Rien.

Mais quand tu reviendras, ce sera bien bien bien.
Quand tu reviendras, ce sera bien, oui.
Quand tu reviendras, ce sera bien bien bien :
Tu seras chez moi tout comme chez toi.
Quand tu reviendras de si loin loin loin,
Tu étonneras nos voisins, oui,
Mais tu n'étonneras pas mes garçons
Qui poseront leurs trente mille questions :

T'es venu de loin ?
- Très loin.
Tu as mis longtemps ?
- Longtemps.
Pourquoi es-tu pâle ?
- Je ne sais pas.
T'as des enfants ?
- Oui, beaucoup.
Est-ce que tu as faim ?
- Un peu.
Tu sais dessiner ?
- Pas très bien.
Fais-moi un dessin.
- Tiens, voilà.
Dis, c'est beau chez toi ?
- Très beau.
T'es venu comment ?
- A pied.
T'as une maman ?
- Mais oui.
Dis, quel est son nom ?
- Marie.
Qu'est-ce que t'as aux mains.
- Rien.

Mais quand tu reviendras, ce sera bien bien bien,
Quand tu reviendras, ce sera bien, oui,
Mais tu n'empêcheras pas mes garçons
De te poser leurs trente mille questions :

T'es venu de loin ?
- Je suis venu de loin.
Tu as mis longtemps ?
- J'ai mis longtemps.
Pourquoi es-tu pâle ?
- Pourquoi je suis pâle ?
As-tu des enfants ?
- Si j'ai des enfants ?
Est-ce que tu as faim ?
- Oui, toujours.
Tu sais dessiner ?
- Je sais dessiner.
Fais-moi un dessin !
- Je te fais un dessin.
Dis, c'est beau chez toi ?
- C'est beau chez moi.
T'es venu comment ?
- A pied.
T'as une maman ?
- Mais oui !
Dis, quel est son nom ?
- Marie.
Qu'est-ce que t'as aux mains.
- Rien, rien.

 

UN PEU D´AMOUR OU D´AMITIE

Toi qui es seul et qui réclames
un peu d'amour et d'amitié
un peu de chaleur pour ton âme
Pour toi tout seul je veux chanter

Le transistor sera complice
d'un secret entre toi et moi
et sur les ondes je me glisse
pour t'apporter un peu de joie.

Toi dans ton bateau sur la mer
toi dans ton village lointain
t'as un problème insurmontable?
tiens, pose-le là, sur la table

Laisse passer, laisse passer
et le temps et le temps et le temps et le temps et le temps
te le règlera
okay, okay ....bien

Je ne veux pas que tu regrettes
les soleils que tu as ratés
Je te promets des soirs de fête
ah, mais ceux-là, faut pas les louper.

Et toi ta chambre c'est comme une île
où tu as dû souvent pleurer
autour de toi il y a la ville -
prends ton manteau, on va trinquer

Trinquer aux marins sur la mer
aux gars du village lointain
à tous leurs problèmes insurmontables
tiens, pose-les là, sur la table

laisse crever, laisse crever
et le temps et le temps et le temps et le temps et le temps
nous les règlera
okay, okay... bien

 

 

INICIO  ASTRONOMIA   FISICA   LITERATURA  QUIMICA    ECONOMIA    BLOGS    PRESENTACIONES    EXPERIMENTOS   CANTAUTORES  ESCRITOR   INMORTALES    MAS ENSAYOS

LOS SESENTA   FISICAMANIA   RECITADOS    HIMNO 25    NEWS ASTRONOMIA   CANTAUTOR    PROBLEMAS FISICA   PROBLEMAS QUIMICA  CIENCIA  HUMOR  WESTERN   CLASICA

MAS ASTRONOMIA  LIRICA   PLAYLIST-2    FRASES DE BALAS    NOTICIAS  CIENCIA     MUSICALES    DEPORTES   TERROR    GRAN MUSICA  ZARZUELA   HISTORIA MUSICAL  APPLETS 

 

                                                                                                                 © Javier de Lucas